Analyse de la coordination du tir

Le «Diagramme de Coordination» est composé de deux axes:

Les courbes représente la déviation moyenne de tous les trajectoires des visées par rapport au centre de la cible.

L’analyse de la courbe permet d’évaluer les compétences et la préparation d’un tireur à un moment donné.

La courbes peut être de trois différents types:

  1. Arrivée en cible avant le départ du coup/du tir

  2. Déplacement horizontal en cible avant le départ du coup/du tir
  3. Déplacement vertical avant le départ du coup/du tir

 

Les deux premières courbes indiquent, en règle générale, que le tireur est en bonne forme et que l'entraînement s'est bien passé, cependant, ici, il ne faut pas oublier la déviation de la ligne par rapport au centre de la cible. Pour les débutants, vous pouvez souvent voir une ligne horizontale ou décroissante sans saccades, mais assez loin du centre et, par conséquent, cela ne peut pas être considéré comme un bon résultat. La troisième courbe, où la courbe monte légèrement avant le tir, informe l'athlète et l'entraîneur de la présence de problèmes dans la phase finale du tir, ou, plus simplement, que l'arme du tireur quitte le point de visée avant le tir.

Sur le graphique de coordination, le début de la montée de la courbe est presque toujours dans la zone de 0,3-0,2 seconde avant le tir. Cela est dû au temps de la réaction physiologique d'une personne. Lorsqu'il pointe l'arme sur la cible, le tireur, après avoir corrigé la visée, prend une décision et donne l'ordre au doigt d'appuyer sur la détente. Ainsi, à partir du moment où une décision est prise pour le tir, un temps égal à 0,2 - 0,3 seconde passe. On le voit sur la cible dans l'analyse de la trajectoire de visée.

Dans l'exemple, ci-dessous, la trajectoire de visée, précédent les 0,2 seconde avant le tir est représenté par le tracé en bleu et pendant 1 seconde en jaune.

On voit clairement que dans la période de 1 à 0,2 sec avant le tir, le tireur est confiant et stabilise son arme au centre, mais en 0,2 sec, l'arme sort du centre de la cible.

 


 

C'est le problème numéro 1 dans le tir sportif. En fait, tous les tireurs doivent y faire face, du débutant au champion Olympique. Le tireur sportif se plaint, généralement, de ne pas appuyer son doigt sur la détente ou que la détente est trop dure. Vous pouvez également entendre que la stabilité est excellente, mais au moment du tir, l'arme quitte le centre de la cible. La principale raison de cette erreur est la perte de contrôle du maitien de l'arme en cible

L'origine de cette erreur est la suivante:

Pendant le tir, le tireur doit se concentrer sur trois éléments: VISER, APPUYER SUR LE DOIGT et TENIR L'ARME. Mais, comme on le sait par la physiologie et la psychologie, une personne ne peut pas simultanément concentrer efficacement son attention sur plusieurs actions simultanément. Cela peut être fait uniquement en contrôlant une seule action, deux, peut être possible mais avec de mauvais résultats et il est complètement impossible de contrôler 3 actions ou plus. C'est précisément le cas en tir, nous avons justement  ce cas - 3 actions à réaliser.

Avant de tirer, le tireur concentre toute son attention sur la VISEE et le CONTRÔLE DE L'ARME de l'arme en cible. Après avoir quelques ajustments, il décide de PRESSER LA DETENTE, mais sa concentration n'est pas suffisante et il doit transférer un peu de sa concentration de VISEE et du CONTRÔLE DE L'ARME vers la PRESSION DE LA DETENTE et, le plus souvent, du CONTRÔLE DE L'ARME.
Et le résultat est un tir décentré, non précis.
 

Examinons chaque action en détail, afin de mieux comprendre le problème.

Le CONTRÔLE DE L'ARME est toujours une priorité absolue. La position doit être contrôlée avant le tir, au moment du tir et après le tir.

VISER et PRESSER LA DETENTE sont deux actions de priorités en concurrences dont l'importance relative a donné lieu à de nombreux désaccords et controverses.

La physiologie nous donne la réponse sur l'action à faire en priorité:
Lorsque vous concentrez votre attention sur les muscles qui travaillent (doigt), le temps de réponse est en moyenne de 0,2 seconde, tandis que la concentration de votre attention sur le système de capteurs (visée) donne un temps de réponse de 0,3 seconde.

Dans les années 80, l'expérience suivante a été entreprise, avec la participation des tireurs de l'équipe "nationale" de l'URSS:

Un moniteur a affiché un cadran d'horloge et une tache lumineuse qui se déplacait le long de sa périphérie / circonférence. Les tireurs ont été invités à arrêter le point lumineux à 12 heures précises avec un bouton d'arrêt.

Les résultats du test étaient les suivants:

Les résultats ci-dessus, suggèrent fortement que le fait de PRESSER LA DETENTE est toujours le plus important.

En conclusion, l’attention du tireur doit être concentrée principalement sur le CONTRÔLE DE LA POSITION DES ARMES et sur LA PRESSION SUR LA DETENTE, la visée passant au second plan (action passive).

Suivre la règle ci-dessus permet de garder le contrôle de la POSITION DES ARMES pendant la phase finale du tir.

Je voudrais vous mettre en garde contre l'erreur la plus courante lors de l'analyse du problème. Lorsqu'un entraîneur apprend au tireur, que le moment le plus favorable pour un tir, est de 0,3 seconde avant le tir réel, il a tendance à recommander au tireur d'effectuer le tir un peu plus tôt / à l'avance. Cela n'aide pas, cependant, car la principale cause de l'erreur, c'est-à-dire la perte de contrôle sur les muscles/ maintien de la position, n'est pas abordée.

Ainsi, si vous voyez que la courbe sur le graphique est ascendante, vous devez en conclure que vous devez vous efforcer à favoriser le maintien de l'arme en cible avant et pendant l'exécution d'un tir.

Alexander Kudelin