Erreurs de tir et causes possibles

Cet article a pour but d'interpréter les sources d'erreurs basiques, observés lors d'entrainement avec un système SCATT.

Les données fournies ici reposent sur des années d'expérience d'entrainements, sur l'application pratique sur des systèmes d'entrainement SCATT et sur le coaching.

Pour une meilleure visualisation perception et analyse, le mouvement enregistré du point de visée (trajectoire) est divisé en 4 couleurs différentes:

 Vert (Intervalle de l'entrée en cible jusquà -1 sec avant le départ du coup) - permets au tireur d'évaluer la direction et la nature du mouvement du point de visée lors de l'entrée en cible jusqu'au centre.

 Jaune (Intervalle compris entre -1 et -0.2 secondes avant le départ du coup) - représente visuellement sur lligne de la trajectoire, la partie la plus importante du processus de visée. Utilisé pour analyser la stabilité et les caractéristiques de la visée, en général.

 Bleu (Intervalle de -0.2 secondes jusqu'au départ du coup) - cette période est égale au temps moyen d'une réaction humaine aux stimuli externes. En d'autres termes, il s'agit de la période dans laquelle le tireur actionne la détente. Par la nature et la longueur de cet intervalle, on peut juger de la façon dont le tireur contrôle l'arme au moment du tir.

 Rouge (Intervalle après le départ du coup) – tracé utilisé pour analyser le mouvement du point de visée du tireur après le tir.


First, Regardons à quoi doit ressembler un tir parfait techniquement

La trajectoire de visée lors de l'entrée en cible, n'a pratiquement pas de segments droits, une zone de maintien stable (lignes vertes et jaunes), une action fluide (pas de tressaillement) sur la détente (ligne bleue), l'impact est aussi proche que possible de la zone de maintien et l'arme est resté stable après le tir dans la période qui suit le départ du coup.


L'erreur de se concentrer sa visée sur la mauvaise zone de la cible

La zone de maintient globale et les impacts des tirs se trouvent dans différentes parties de la cible d'un tir à l'autre. Alors que le gestion globalement de chaque tir peut sembler techniquement correct. Cette erreur peut être constatée lorsque le tireur n'aligne pas correctement sa ligne de mire, composée par l'organe de visée à l'avant de l'arme et celui au bout du canon, ou lorsque le tireur ne positionne pas la tête de manière précise ou de manière identique à chaque tir par rapport à sa visée.


Mauvais maintien de la concentration

Cette erreur se produit lorsque la concentration se fixe sur la vue à la cible ou l'action sur la détente. L'erreur peut être caractérisée par la présence de fragments rectilignes sur la ligne de trajectoire - mouvements incontrôlés de l'arme par rapport à la cible et, par conséquent, déplacement de l'impact du tir, par rapport à la zone de maintien précédente.

Dans l'exemple ci-dessus, nous pouvons évidemment voir que le maintien de l'arme a été perturbé par la déconcentration du tireur au moment du départ du coup.


Tremblements au moment du départ de coup

Une erreur causée par un mouvement brusque et saccadé de la main au moment du départ de coup, lors d'un tir au pistolet. Il se caractérise par la présence d'une section droite sur la trajectoire immédiatement avant le départ du coup (la ligne bleue), visible dans l'intervalle de 0,2 à 0,1 seconde avant le tir. Dans ce cas, l'impact se situe en dehors de la zone de maintien et dans les cas extrêmes (voir image) peut être situé très loin du centre.


Visée trop longue (retard du départ de coup)

Cette erreur peut se produire même avec des tireurs expérimentés. Il se caractérise par un temps de visée long (plus de 12 secondes), ce qui peut entraîner une fatigue de l'attention, une perte de concentration sur la visée et, par conséquent, un lent déplacement de la position de l'impact sur la cible. Le moment optimal pour le processus de visée est considéré comme un intervalle ne dépassant pas 8 à 10 secondes.

 

Les erreurs de tir sont généralement causés par une combinaison de plusieurs facteurs et rarement par un seul élément.

 

Par exemple, le tireur ne peut pas concentrer sa vue sur les organes de visée d'un pistolet et à pour conséquences que - le doigt n'appuie pas sur la détente, 8-10 secondes passent ("le tir est retardé"), les yeux et les mains sont fatigués, les visées deviennent floues , le tireur porte son attention sur le déclenchement du tir, pour le terminer rapidement, augmente l'effort et la vitesse de son mouvement. Ce type de préparation au tir peut entraîner un échec ou, au mieux, un tir éloigné du groupement et du centre de la cible.